Une relation de travail doit être régie par le droit. En ce sens, un document énumérant les obligations des parties doit être érigé. Cette convention est considérée comme étant la loi des parties. Il faut savoir qu’il existe deux grands types de contrats du travail.

Cette distinction se fait par rapport à la durée et l’échéance de l’emploi. Par exemple, lorsque le contrat ne prévoit pas le terme des obligations, on est en présence d’un contrat à durée indéterminée CDI. Aussi, si la convention prévoit un terme, on est en présence d’un contrat à durée déterminée ou CDD.

D’autres types de conventions pour le travail

Il existe d’autres types de contrats de travail, comme le contrat d’apprentissage, cette convention est très pratique surtout pour la professionnalisation. En effet, on la considère comme un contrat de travail en alternance. En ce sens que l’apprenti pourra travailler à temps partiel dans une entreprise pour lui permettre de poursuivre sa formation. Vous l’aurez compris, cette convention est faite pour les jeunes entre 16 et 25 ans et générale sa durée est comprise entre 1 à 3 ans.

Il y a aussi le contrat de travail temporaire, c’est une convention dont l’objet doit être précis, c’est-à-dire que la mission du travailleur doit être cadrée. Ce genre de contrat permet de faire face à une absence d’un employé ou encore à une insuffisance temporaire d’effectif. Cependant, pour protéger la stabilité du parcours professionnel des intérimaires, il sera possible de conclure un CDI entre l’employé intérimaire et son entreprise. Toutefois, les subtilités de ce genre d’opérations sont assez complexes, pour y voir un peu plus clair, le site http://www.avocat-travail-montpellier.com propose des articles explicatifs.

Le cas du contrat unique d’insertion

Le contrat unique d’insertion est assez singulier puisqu’il s’agit ici d’une convention de travail entre un salarié et un employeur qui bénéficie d’une aide financière qui se nomme aide à l’insertion professionnelle. Il s’agit donc d’une politique gouvernementale pour lutter contre le chômage. Malgré le fait que l’autorité publique joue un rôle indéniable dans ce genre de pratique, on est en présence d’un contrat de droit privé.

En général, le contrat peut être conclu avec ou sans l’existence d’un terme. Il faut savoir que le contrat unique d’insertion ne peut être reconnu qu’aux personnes ayant des difficultés liées à l’accès à l’emploi. Plus précisément, seuls les chômeurs de longue durée ainsi que certaines personnes handicapées pourront bénéficier de cette procédure.